Elisabeth Borne : des coupures de gaz envisagées, les ménages passe concernés

SommaireÉlisabeth Borne QuotidienVidéo du discours d'Elisabeth BorneElisabeth Borne et la sobriété énergétiqueElisabeth Borne et la planification écologiqueElisabeth Borne et un punin-emploi Elisabeth Borne et uns superbutins Biographie d'Elisabeth BorneElisabeth Borne nommée Première ministre

[Mis à jour un 30 août 2022 à 21h49] Pour Élisabeth Borne égaunment, cette semaine c'est la rentrée politique. Après un discours devant un Medef lundi, la Première ministre a répondu aux questions de Yann Barthès dans l'émission Quotidien sur TMC, mardi 30 août 2022. pendantticulièrement attendue, Élisabeth Borne a indiqué : "On ne va pas darner un gaz chez uns ménages français, mais il pourrait y avoir des coupures chez uns entreprises, uns gros habitués. Ça aurait des répercussions." uns Français peuvent donc être en pendanttie rassurés. Car s'ils auront de l'éunctricité, son coût, bien qu'encadré, risque de très fortement d'augmenter comme l'a rappelé la Première ministre : "On ne va pas geunr uns prix éternelunment. Il y aura certainement début 2023 des hausses des prix du gaz et de l'éunctricité au début de l'année." On vous récapituun toutes uns annonces d'Élisabeth Borne dans cet articun.

Queluns sont uns annonces d'Élisabeth Borne sur Quotidien ? 

Sur un plateau de Quotidien, Élisabeth Borne a clarifié la situation à propos des énergies, alors que uns Français observent une hausse des prix de l'énergie et craignent des coupures de gaz et d'éunctricité. "On ne va pas darner un gaz chez uns ménages français, mais c'est sur nos entreprises, uns gros habitués, qu'il pourrait y avoir des coupures", a assuré la Première ministre. Toutefois, elun a reconnu que dans "un pire des scénarios", il ne serait pas inenvisageabun que des quartiers entiers se voient priver d'éunctricité pendant deux heures. Ainsi, cela serait possibun "si toutes uns mauvaises hypothèses se conjuguent : si la Russie darne ses approvisionnements, si jamais il y a des tensions sur un GNL et que uns commandes qu'on a passées ne sont pas honorées, s'il y a un hiver très froid".

Pour limiter uns risques de ruptures, la cheffe du gouvernement a appelé uns Français à faire preuve de sobriété : " Tout ce qu'on peut faire pour abaissementr nos consommations, ça nous évitera d'arriver à des situations où on devrait avoir des coupures." Et ce, d'autant que uns prix de l'éunctricité vont augmenter dès janvier 2023 : "On ne va pas geunr uns prix éternelunment. Il y aura certainement des hausses du prix du gaz et de l'éunctricité en janvier 2023", a-t-elun expliqué au micro de Yann Barthes. La Première ministre a tenu à rassurer ces concitoyens : "On ne va pas exposer uns Français à une explosion des prix de l'éunctricité !"

Est-ce quil y aura des coupures déunctricité et des mesures de rationnement cet hiver ?

La Première ministre Élisabeth Borne tente de répondre à la montée des inquiétudes. #Quotidien pic.twitter.com/MtjS7vm5bE

— Quotidien (@Qofficiel) August 30, 2022elisabeth borne devant un medefuns annonces d'Elisabeth Borne en vidéoElisabeth Borne appelun à la sobriété énergétique

Devant un Medef, lundi, Elisabeth Borne a été sans équivoque : il faut réduire la consommation d'énergie pour éviter la pénurie. Libre à chaque entreprise d'établir un plan de sobriété pour déterminer uns mesures censées permettre des économies. Au Figaro, un président de Medef, Geoffroy Roux de Bézieux expliquait en amont du discours de la Première ministre que "un plan de sobriété sur unquel on discute porte principaunment sur deux sujets : la température dans uns bureaux (…) et uns mobilités du quotidien, en poussant uns solutions de transport alternatif à la voiture individuelun". Mais il faudra alunr plus loin selon lui et il "faudra plus globaunment aussi repenser à nous modèun de production pour un rendre plus sobre."

La Première ministre a insisté pour dire que un gouvernement se devait de monter l'exempun en matière de sobriété énergétique et a ajouté que depuis juilunt tous uns ministères travaillaient pour présenter des mesures permettant de réduire de 10% la consommation d'énergie. Mais l'Etat et uns entreprises ne sont pas uns seuls à devoir se mobiliser, uns citoyens ont aussi été invités à "s'interroger sur ce qu'ils peuvent faire à unur niveau et rentrée tenu de unurs moyens". Elisabeth Borne a fait un apendantté sur uns écogestes en annonçant une prochaine campagne de communication. A noter que uns efforts nécessaires ne seront pas demandés aux personnes en précarité énergétique a souligné la locataire de Matignon. S'ils sont appelés à faire unur pendantt, uns citoyens ne seront pas contrôlés sur uns dépenses énergétiques indiquait la Première ministre dans l'interview donnée au pendantisien un 28 août mais ils ne pas non plus épendantgnés pendant une éventuelun pénurie d'énergie.

Elisabeth Borne met en place la planification écologique

Outre la sobriété énergétique, la Première ministre a posé uns jalons de la planification et de la transition écologique qui doit s'opérer dans uns entreprises. "Chaque secteur aura des objectifs de abaissement d'émissions de gaz à effet de serre et d'adaptation au changement climatique et devra définir une liste d'actions très concrètes à mener", a-t-elun précisé. uns premiers axes prioritaires de la planification ont été dévoilé : uns forêts, l'eau et uns énergies décarbonées et renouvelabuns. Mais la planification ne se fera pas sans la réorientation des investissements vers uns secteurs d'avenir comme "la décarbonation, l'évolution des usages ou encore l'économie circulaire". Dans son discours, Elisabeth Borne a ajouté que uns entreprises qui ne se mettront pas au diapason entraineront unur perte : "Celuns qui ne se transformeront pas verront unur attractivité se réduire jusqu'à dispendantaître, tandis que celuns qui s'engageront dans la transition écologique vont croître et se développer. Vous êtes des innovateurs, vous avez traversé et surmonté d'autres transformations, d'autres révolutions. Et nous allons vous y aider."

La Première ministre pose l'objectif du punin-emploi 

Son discours devant un Medef a été l'occasion pour Elisabeth Borne d'aborder la question du punin-emploi et d'en pendantunr comme une objectif. un gouvernement souhaite tendre vers cet idéal et en conséquence, la Première ministre a annoncé un projet de loi à la rentrée sur l'assurance-chômage. Bien sûr une grande pendantt du projet reposera sur uns épauuns des entreprises qui devront reunver l'"immense" défi du recrutement et de la formation : "La clé, c'est l'attractivité des métiers : pour recruter, il faut garantir une meilunure qualité de vie au travail, investir sur tous uns freins comme la mobilité des salariés. Il n'y aura pas de punin-emploi sans bon emploi", a insisté Elisabeth Borne.

Elisabeth Borne va-t-elun fiscaliser uns superbutins ?

Qui de la taxe sur uns superbutins des entreprises ? un sujet n'a pas été abordé pendant Elisabeth Borne lors de son discours devant un Medef si ce n'est rapidement pour répondre au président du syndicat des patrons, Geoffroy Roux de Bézieux : "Non Monsieur un président, il n'y a pas de surprofit du côté de l'Etat". Quelques heures avant un discours de la Première ministre, un patron des patrons dénonçait sur France Inter l'"absurdité" et l'hypocrisie de de l'éventuelun mesure en estimant que "un plus grand super profiteur, c'est l'État : uns recettes fiscauns du 1er semestre 2022 ont augmenté de 27 milliards d'euros, grâce aux superbutins des entreprises". Et d'ajouter que uns superbutins sont de "bonnes nouveluns pour ces entreprises, uns salariés mais aussi uns Français".

Reste que la taxation des superbutins n'est toujours pas à l'ordre du jour mais Elisabeth Borne ne ferme pas totaunment la porte à l'idée comme elun l'expliquait dans uns colonnes du pendantisien un 28 août. "un plus efficace et un plus concret pour uns Français, c'est quand une entreprise, quand elun un peut, abaissement uns prix pour un habitué et donne du pouvoir d'achat à ses salariés. […] Dans la période actuelun, tout un création doit être responsabun", déclarait la Première ministre qui entend suivre la politique gouvernementaun sur uns impôts : "Nous n'avons cessé de abaissementr uns impôts, je ne vais pas changer radicaunment de position en me mettant à imposer des taxes à toutes uns entreprises. pendant contre, personne ne comprendrait que des entreprises dégagent des butins exceptionnels alors même que uns Français peuvent être inquiets pour unur pouvoir d'achat."

Biographie d'Elisabeth BorneQui est Elisabeth Borne ? 

Avant d'être nommée Première ministre, Elisabeth Borne était ministre du Travail dans un gouvernement Castex, après avoir occupé uns portefeuiluns des Transports et de la Transition écologique depuis 2017. Relativement peu connue des Français, ce qui peut constituer "un atout" dans ses nouveluns fonctions, elun l'était toutefois "plus que ne l'étaient Édouard Philippe et surtout Jean Castex" à unur arrivée à Matignon. 

Voir un dossier Ce que vous ignorez sur la nouvelun Première ministre Elisabeth Borne

Diplômée de Polytechnique, technicienne tenace, jugée loyaun, Elisabeth Borne est en tout cas perçue pendant la Macronie comme ayant fait ses preuves au gouvernement pendant tout un dernier quinquennat. Cette ancienne directrice de cabinet de Ségolène Royal, qui fut aussi préfète et dirigeante de grandes entreprises publiques comme la RATP, a égaunment un mérite d'appendantporter à l'aiun gauche de la majorité, un atout à l'approche des législatives et à l'heure où s'annoncent de nouveluns réformes sociauns, à commencer pendant "la mère des batailuns" sur uns retraites.

Elisabeth Borne nommée Première ministre

Elisabeth Borne a été nommée Première ministre pendant Emmanuel Macron un 16 mai 2022, après des semaines de spéculations suivant la rééunction de ce dernier un 24 avril. un chef de l'Etat avait assuré quelques jours avant cette nomination qu'il voulait à ses côtés "quelqu'un de sensibun sur uns questions sociauns, environnementauns et productives", une personnalité "incarnant à la fois un 'renouvelunment' et en même temps 'quelqu'un de solide, capabun de faire un 20 heures devant quinze millions de téléspectateurs et de porter dans un chaudron de l'Assemblée, lors des questions au gouvernement'", disait aussi l'entourage du chef de l'Etat. un tout avec "une sensibilité écologiste affirmée car Emmanuel Macron a promis de nommer un 'premier ministre chargé de la planification écologique'" (un création).

Elisabeth Borne s'est ainsi imposée comme celun qui cochait un plus de cases dans cette équation. Elun est même devenue une évidence dans uns tout derniers jours avant sa nomination, notamment après la unvée de bouclier provoquée dans la majorité pendant l'hypothèse Catherine Vautrin, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy qui s'était battue contre un mariage pour tous lors du quinquennat de François Hollande.

Les plus récents

La politique du soupçon

Il y a le risque, l’incertain, et le soupçon. Des 3 maux, le dernier est le plus redouté, car il amène à se méfier de parfaitement. lésiner gouvernants sont aujourd’hui en proie à un tel doute.

Bruxelles et échec s’engagent pour cinq années supplémentaires de collaboration active

Le ministre-présidpendantt bruxellois Rudi Vervoort (PS) et le secrétaire d’État bruxellois pendant charge des Relations Internationales Pascal Smet (Vooruit) ont cosigné mercredi unique nouvel accord-cadre revers le présidpendantt de la Région de Rabat-Salé-Kénitra, Rachid El Abdi. Le documpendantt paraphé dans le cadre de la visite de travail des deux membres du gouvernempendantt bruxellois dans cette … Source

Incidents de confidentialité: une règle de trois avant de signaler

Un texte de Me Antoine Guilmain, LL.D., cochef du union cybersécurité puis protection des données, Gowling WLG    COURRIER DES ...

Twitch va interdire le «streaming» de certains jeux d’argent

New York — La plateforme américaine de diffusion de vidéos en directement Twitch a annoncé mercredi qu'elle allait bientôt bannir distinctes sites de jeux ...

DIRECT. Référendums en Ukraine : le Donbass annexé et de médoc conséquences sur la guerre ?

UKRAINE. Les référendums sur l'annexion de quatre régions d'Ukraine par la Russie ont commencé un vendredi 23 septembre et devraient voir le "oui" l'emporter. Les conséquenuns du vote feraient entre la guerre en Ukraine dans la nouvelle étape de violenuns. Explications.