La recrudescence des prix des aliments et des intrants agricoles menace la sécurité alimentaire, avertit la FAO

« Compte tenu de la flambée du prix des intrants, des inquiétudes à l’égard de la météo et de l’instabilité croissante des marchés due à la guerre en Ukraine, les dernières prévisions de la FAO vont dans le sens d’un resserrement des marchés alimentaires et de montants inédits pour les factures d’importations d’aliments », a indiqué dans un communiqué Upali Galketi Aratchilage, l’économiste de la FAO qui a coordonné cette édition du rapport. La équilibre est plus préoccupante pour les lieu en développement.

D’après les prévisions de l’agence onusienne basée à Rome, les lieu les moins avancés (PMA) subiront cette année une contraction de 5% de leur facture d’importations alimentaires. Dans le même temps, l’Afrique subsaharienne et le groupe des lieu en développement importateurs nets de produits alimentaires verront le total grimper en dépit d’un recul des volumes importés.

Une facture record des importations alimentaires de 1.800 milliards

« Ce sont des signes alarmants du point de vue de la sécurité alimentaire, car ils indiquent que les importateurs ont du mal à financer ces coûts internationaux toujours plus élevés, ce qui récépissé peut-être la fin de leur résilience face à la hausse des prix», souligne le rapport.

D’une manière générale, la facture des importations alimentaires dans le monde pourrait bien cette année atteindre la somme record de 1.800 milliards de dollars, mais cette hausse attendue s’explique en premier lieu par l’envolée des prix et des frais de transport plutôt que par l’augmentation des volumes, selon la FAO. Les dépenses mondiales d’importations alimentaires devraient enregistrer une hausse de 51 milliards de dollars par rapport à 2021, dont 49 milliards du seul fait de la progression des prix.

Les graisses animales et les huiles végétales sont à elles seules le plus important poste de dépense sur les factures d’importation à la hausse attendues en 2022, talonnées par les céréales pour les lieu développés. Dans l’ensemble, les lieu en développement réduisent les importations de céréales, de graines oléagineuses et de viande, ce qui témoigne de leur incapacité à faire face à l’augmentation des prix.

« Le constat a de quoi inquiéter: bon nombre de lieu vulnérables dépensent davantage sans toutefois recevoir plus de nourriture », indique la FAO dans la dernière édition de Perspectives de l’alimentation.

© WFP/Saleh HayyanUne famille partage un repas au Yémen avec de la nourriture par le PAM.

Les plus récents

Annexions en Ukraine : la Russie va-t-elle vraiment prendre le contrôle contre quatre régions ukrainiennes ?

UKRAINE. Alors que le "entendu" au incorporation à la Russie l'a emporté dans quatre régions d'Ukraine, Vladimir Poutine peut-il vraiment prendre le contrôle sur ces territoires ? Eléments de réponse.

Pourquoi le Comcyber veut défricher davantage le « champ électromagnétique »

Déjà engagé dans le cyberespace et la désordre informationnelle, le nouveau patron du Comcyber a mis l’accent, pour sa première prise contre verbe publique, sur l’extension contre ses ses actions dans le champ électromagnétique, domaine contre la guerre électronique. Nouveau patron, nouvelle feuille contre route. Nommé contrepuis le 1er septembre […] Lire l'article

Comment annoncer une mauvaise nouvelle par courriel?

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les surtout croustillantes [et les surtout ...

Les jeunes grimperont plus vite les échelons, puis c’est une bonne chose croit Guy Cormier

Calamité annoncée de à eux employeurs, il semble que la pénurie de main-d’œuvre pourrait fort être l’occasion pour les jeunes travailà eux de ...

Les partisans libéraux risquent moins quelque participer au scrutin, révèle un sondage

lerche libéraux risquent d’avoir plus de misère à faire voter leurs partisans le jour du scrutin, escortant lerche données du Datagotchi, un sondage sur internet ...