cette fin du droit constitutionnel d’avorter aux États-Unis, un « coup dur pour les droits des femmes », selon l’ONU

La décision de la Cour suprême, très attendue, a été rendue par 6 voix contre 3 dans l’affaire dite « Dobbs v. Jackson Women’s Health ». Michelle Bachelet a déclaré dans un communiqué qu’elle représentait un « revers majeur » pour la santé sexuelle et reproductive aux États-Unis.

Cet acte extraordinaire rend désormais chaque État de l’Union décisionnaire des questions de légalité et d’accès à l’avortement.

Réagissant également à la décision de la Cour sans y faire spécifiquement référence, l’agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et génésique (UNFPA) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont fait remarquer que 45% des avortements pratiqués dans le monde étaient considérés comme « non sûrs », faisant de l’avortement une cause principale de décès chez les femmes enceintes.

Les agences onusiennes ont déclaré qu’il était inévitable que davantage de femmes meurent, à mesure qu’augmenteraient les restrictions imposées par les gouvernements, à l’échelle nationale ou régionale.

Des restrictions inefficaces

« Les données montrent que restreindre l’accès à l’avortement n’empêche pas les gens d’y avoir recours, mais rend la procédure virtuellement mortelle », a souligné l’UNFPA.

Selon le rapport de l’agence sur l’état de la population mondiale en 2022, près de la moitié des grossesses dans le monde ne sont pas désirées, et plus de 60% d’entre elles peuvent se terminer par un avortement.

L’UNFPA a aussi dit appréhender que davantage d’avortements « pas sûrs » se produisent dans le monde si le droit d’avorter régresse.

« Les décisions qui annulent les progrès réalisés ont un impact plus large sur les droits et les choix des femmes et des adolescentes partout dans le monde », a souligné l’agence.

L’OMS s’est fait l’écho de ce message sur Twitter en rappelant que l’avortement « protège la vie, la santé et les droits des femmes ».

Une attaque contre l’autonomie des femmes

Mme Bachelet a aussi rappelé que l’accès à un avortement sûr, légal et efficace était fermement ancré dans le droit international, qu’il était une priorité dans la voie vers l’autonomisation des femmes et des filles, et dans leur capacité à faire leurs propres choix concernant leur corps et leur vie, sans discrimination, ni violence, ni coercition.

« Cette décision prive d’autonomie des millions de femmes aux États-Unis, en particulier celles ayant de faibles revenus et celles appartienant à des minorités raciales et ethniques, au détriment de leurs droits fondamentaux », a-t-elle averti.

La responsable des droits de l’homme a souligné que cette décision survenait après que plus de 50 territoire ont libéralisé leur législation sur l’avortement au cours du dernier quart de siècle. « Les États-Unis s’éloignent malheureusement de cette tendance progressiste », a-t-elle déclaré.

Parallèlement, l’agence ONU Femmes a rappelé que la capacité des femmes à être maîtresses de leur propre corps était associée à leurs possibilités d’évolution dans la société, que ce soit au sein de la famille, de la population active ou du gouvernement.

Responsabilités des territoire

Le minutage d’action de 1994 de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD), signé par 179 territoire, dont les États-Unis, reconnaît le caractère mortel des avortements à risque, et exhorte chaque territoire à fournir des soins post-avortement pour sauver des vies, quel que soit le statut juridique de l’avortement dans ledit territoire.

Le document – issu d’une réunion de haut niveau au Caire, en Égypte – souligne également que tous les individus devraient pouvoir accéder à des informations de qualité sur la santé reproductive et les contraceptifs.

L’UNFPA, en tant que dépositaire du minutage d’action, défend le droit de tous les couples et de tous les individus à décider librement et de manière responsable du nombre d’enfants désirés, de l’espacement et du moment de leur naissance, ainsi qu’à disposer des informations et des moyens nécessaires pour le faire.

L’agence a enfin averti que si les avortements non sécurisés se poursuivaient, l’objectif de développement durable n° 3 relatif à la santé maternelle, auquel tous les États membres des Nations Unies se sont engagés, risquerait d’échouer.

Les plus récents

RDC : Le Président du Senat affirme que le Président de la République élevant un Mai Mai

Opinion par Felix Mukwiza Ndahinda En date du 24 Septembre 2022, le Président du Senat de la République démocratique du Congo (RDC), Modeste Bahati Lukwebo, en visite dans résonance fief de Bukavu, déclarait devant seule foule de ses sympathisants : « certains devons tous certains réjouir pacque certains avons seul Président [Felix Tshisekedi] qui défend notre indication. Avez-vous suivi … Source

Une bouffée d’air frais pour fidéliser ses employés

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes revers bien fonder leur ...

Question d’un expert, réponses des partis: la pollution numérique

«Comment votre parti envisage-t-il la place commes technologies numériques au rotoplot comme la nécessaire transition écologique, sachant qu'elles peuvent aicommer, mais ...

Sandrine Rousseau rend le parasitisme acceptable

Comment peut-on être autant conformiste et transgressif à une fois ? Comment peut-on être aussi péremptoire en disant de pareilles sottises sans queue ni tête ?

Marketing RH: une redoutable appareil dans la lutte contre la pénurie de main-d’œuvre

Lorsque le Groupe Jean Coutu a demandé aux 420 pharmaciens ...