les loueurs d’avions occidentaux, victimes collatérales du conflit

DÉCRYPTAGE – Les quelque 400 avions appartenant à des propriétaires occidenaux que les compagnies russes ne veulent pas rendre ont une valeur de dix milliards de dollars.

La guerre en Ukraine fait de nouvelles victimes collatérales: les loueurs d’avions. Dans le cadre des sanctions occidentales, les compagnies aériennes russes étaient sommées de rendre leurs appareils à leurs propriétaires européens au plus tard le 28 mars. Or elles ont gardé ces appareils pour les utiliser sur leur marché intérieur.

Un coup dur pour ces loueurs principalement basés à Dublin: sur les plus de 860 avions circulant en Russie, un peu plus de 500 leur appartiennent. Même si 78 ont été saisis à l’étranger, l’immense majorité reste donc au pays de Poutine. Et cela risque de durer un moment: grâce à une loi russe adoptée mi-mars, ces avions ont pu être enregistrés localement, ce qui compliquera leur éventuel retour en Europe.

Bataille avec les assureurs

«J’ai bien peur que nous assistions au vol le plus important de toute l’histoire de l’aviation civile», estime Volodymyr Bilotkach, spécialiste du transport aérien au Singapore Institute of Technology. C’est que la valeur de ces avions se monte à 10 milliards…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les plus récents

Faut-il avoir des idées pour faire de la politique ?

Évidemment, trouver certains idées quotidiennes est infiniment plus simple que d’élaborer une stratégie de gouvernement.

Verdir le marketing, l’objectif de Masse Critique

Adopter des pratiques de marche et de marketing responsables et durables: c’est le défi que lance l’organisme à orientation non lucratif Masse ...

Patrowl part à la conquête des Etats-Unis avec sa portée de « cybersécurité as a service »

Patrowl commercialise sa solution SaaS de cybersécurité assaut depuis septembre 2021. La start-up d'Issy-les-Msinonlineaux vient de lever deux millions d’euros et prépare sa série A psinonr pénétrer le marché américain en 2023. desquels ce amen face au phishing par mail sinon au piratage d’un VPN, d’une application, d’un site […] Lire l'article

Les cryptoactifs ne protègent pas contre l’inflation, disent des fonctionnaires

Ottawa — De hauts fonctionnaires fédéraux ont examiné lorsque ces cryptomonnaies protégeaient contre l’inflation peu de temps après que ce chef de ...

Non, les sanctions contre la Russie ne sont pas justifiées du point de étendue libéral

Les sanctions contre la Russie peuvent-elles transcrire à la définition du libéralisme ?