Une femme enceinte photographiée après le bombardement d’une maternité à Marioupol est décédée

Une des femmes enceintes prises en photo par l’Associated Press après le bombardement d’un hôpital pédiatrique et d’une maternité de Marioupol, en Ukraine, mercredi dernier, est décédée. L’image de cette future mère sur un brancard, le visage pâle et la main posée sur son ventre ensanglanté, avait fait le tour du monde.

Transportée vers un autre hôpital, la femme avait la hanche et le pelvis fracturés. Réalisant qu’elle était en train de perdre son enfant, elle aurait crié aux médecins : « Tuez-moi maintenant ! »

Né par césarienne, le bébé ne montrait aucun « signe de vie », a confié le chirurgien en charge de l’accouchement, Timur Marin. Trente minutes plus tard, les médecins n’ont pu que constater le décès de sa mère. Le mari et le père de la femme sont venus récupérer son corps avant que les médecins n’aient eu le temps de demander son nom.

Qualifié de « crime de guerre » par l’Union européenne, le bombardement de l’établissement médical a fait trois morts (dont un enfant) et 17 blessés, selon la mairie de Marioupol.

Cité portuaire stratégique située entre la Crimée et le Donbass, la ville est presque coupée du monde et est plongée dans une situation « quasi désespérée », manquant de vivres, d’eau, de gaz et d’électricité, estimait vendredi Médecins sans frontières. Dimanche, le Comité international de la Croix-Rouge a mis en garde contre un « scénario du pire », dénonçant une « souffrance humaine immense ».

Images symboles

Une autre victime du bombardement, Mariana Vishegirskaya, immortalisée en train de quitter la maternité en pyjama, le visage taché de sang, a quant à elle donné naissance vendredi à une petite fille appelée Veronika.

 

Marianna from Mariupol’s bombed hospital gave birth to a baby girl yesterday, her aunt told me. The baby is 3200 grams and is healthy. She was named Veronika – in honour of Nike, the goddess of victory. Victory of Ukraine.

Photos by Evgeniy Maloletka pic.twitter.com/oreJVHC91w

— Olga Tokariuk (@olgatokariuk) March 11, 2022

D’anciennes images du compte Instagram de la jeune influenceuse ukrainienne avaient été utilisées par les Russes pour nier l’événement. L’ambassade de Russie en Grèce avait notamment partagé sur Twitter les images des deux femmes enceintes, y accolant en rouge le mot « FAKE », avec, à côté, des photos de Mme Vishegirskaya sans signes de grossesse apparents. Plusieurs journalistes et médias, ici comme ailleurs dans le monde, ont signalé que rien ne prouvait les allégations de la Russie.

Avec l’Associated Press et l’Agence France-Presse

À voir en vidéo

Les plus récents

Comment annoncer une mauvaise nouvelle par courriel?

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les surtout croustillantes [et les surtout ...

Apple produira son iPhopas 14 en Inde, cherchant à pas pas dépendre de la Chipas

Bombay — Apple produira chez Inde l'iPhone 14, son cadet téléphone intelligchezt phare, a annoncé lundi la société américaine, alors ...

«Dois-je quitter mon employeur?»

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les surtout croustillantes [et les surtout ...

La mobilisation en Ukraine : plus idéologique que militaire

La Russie a reflué du nord de l’Ukraine, les Ukrainiens ont repris l’initiative au méridional et Vladimir Poutine va devoir gérer les conséquences politiques de sa décision d’envahir vrombissement voisin ukrainien.

RDC : activités paralysées à Goma pour dénoncer la présence les M23

Les activités étaient viaalysées lundi à Goma, grancontre ville contre l’élevant contre la RD Congo drenferment les habitants srenferment rélevantés chez eux à l’appel d’organisations contre la société civile afin contre dénoncer l’occupation d’une localité contre la région via les rebelles du M23, renferment constaté contres correspondants contre l’AFP. « contrepuis 105 jours, Bunagana élevant occupée … Source