Une calamité après l’autre, c’est ce que SA a traversé depuis le patient zéro de Covid

Lorsqu’il est descendu de son avion en Afrique du Sud, après son retour d’Italie en 2020, le « patient zéro » ne savait pas qu’il était porteur du virus peu connu Sars-Cov-2, qui cause le Covid. Et c’est le 5 mars 2020 que le ministre de la santé de l’époque, Zweli Mkhize, a annoncé sa présence en Afrique du Sud. Le patient zéro a été rapidement rejoint par de nombreux autres – le scientifique et chercheur ougandais-sud-africain dans le domaine de la prévention du VIH, le Dr Gita Ramjee, étant l’une des premières personnes notables à mourir de complications liées à Covid. Selon l’Institut national des maladies transmissibles, près de 100 000 personnes étaient mortes du Covid…

Lorsqu’il est descendu de son avion en Afrique du Sud, après son retour d’Italie en 2020, le « patient zéro » ne savait pas qu’il était porteur du virus peu connu Sars-Cov-2, qui cause le Covid.

Et c’est le 5 mars 2020 que le ministre de la santé de l’époque, Zweli Mkhize, a annoncé sa présence en Afrique du Sud. Le patient zéro a été rapidement rejoint par de nombreux autres – le scientifique et chercheur ougandais-sud-africain dans le domaine de la prévention du VIH, le Dr Gita Ramjee, étant l’une des premières personnes notables à mourir de complications liées à Covid.

Selon l’Institut national des maladies transmissibles, près de 100 000 personnes étaient mortes de Covid vendredi en Afrique du Sud. Comme un cyclone, comme la peste c’était, Covid a balayé le pays.

Il n’a pas fait de distinction entre les riches et les pauvres – avec des symptômes allant de la difficulté à respirer, de la toux et de la fièvre. Le port de masques, la distanciation sociale et la désinfection des mains sont rapidement devenus un nouveau mode de vie – des interventions non pharmacologiques devraient nous accompagner pendant des années.

Et au lieu de s’unir pour combattre un ennemi commun, le monde s’est initialement polarisé, les nations riches ne s’occupant que d’elles-mêmes et les pays africains étant laissés à eux-mêmes. C’est ce qu’a déclaré le professeur de sciences politiques de l’Université d’Afrique du Sud, Everisto Benyera.

« Covid a entraîné la résurgence du nationalisme et un déclin du multilatéralisme partagé », a déclaré Benyera.

A LIRE AUSSI: De nouvelles lois sur la santé sont en cours d’élaboration pour mettre fin à l’état de catastrophe

«Chaque pays a d’abord examiné ses propres intérêts, mais les pandémies sont un défi mondial. Covid a falsifié l’idée de sécurité collective.

« Les pays pauvres étaient plus exposés que les pays riches, car les pays pauvres n’avaient pas la capacité de s’organiser rapidement contre une menace commune », a déclaré Benyera.

« La pandémie a également démontré la faiblesse des institutions de santé publique en Afrique.

Aujourd’hui, les économistes Thabi Leoka et le professeur d’économie de l’Université de Johannesburg Peter Baur affirment que l’économie sud-africaine est loin d’être complètement rétablie après l’énorme martèlement de Covid qu’elle a pris.

Le secteur le plus touché par la pandémie a été le tourisme, en raison des limitations sur les personnes pouvant voyager, a déclaré Leoka.

«Lorsque nous avions des niveaux de verrouillage plus stricts, il était pratiquement impossible pour les gens de voyager, les pays mettant en place des barrières plus strictes à mesure que de plus en plus de personnes étaient infectées par le virus.»

Leoka a déclaré que le secteur du tourisme n’avait pas encore retrouvé ses niveaux d’avant la pandémie.

« L’autre [sector] était les boissons – en particulier l’alcool – car il y a eu des moments pendant le verrouillage où l’alcool a été interdit », a-t-elle déclaré.

«Ce secteur n’avait pas de consommateurs à qui vendre et l’alcool n’était pas durable à conserver longtemps.

« Si vous regardez les tendances du chômage, des inégalités et de la pauvreté, elles allaient toutes dans la mauvaise direction, même avant la pandémie », a déclaré Leoka.

Nous ne pouvons pas dire complètement que la pandémie a causé tous ces problèmes, mais elle les a accélérés.

« Les pays qui ont veillé à soutenir leurs économies, les petites entreprises et leurs citoyens qui ont été négativement touchés par Covid verront une croissance beaucoup plus forte.

« Si vous regardez les prévisions des analystes, du Trésor et de la Banque de réserve, notre croissance sera assez faible au cours des trois à quatre prochaines années.

« L’impact global a été assez dévastateur, mais cela n’enlève pas le fait que nous étions dans une ornière avant la pandémie. »

Concernant les leçons tirées de la pandémie, Leoka a déclaré qu’il était important pour le pays de disposer de tampons sanitaires, en augmentant les fournitures sanitaires.

« Nous avons eu une situation où les médecins et les infirmières n’avaient pas de masques, de gants et d’autres équipements de protection individuelle. »

MAINTENANT LIRE: Le vaccin obligatoire pourrait bientôt être une réalité

Baur a également déclaré que le tourisme était le secteur le plus durement touché par la pandémie.

« La réduction du tourisme a été particulièrement mauvaise dans le secteur des arts et de la culture, avec des divertissements réduits.

« L’investissement et la confiance des entreprises ont connu des poussées à la baisse pendant une longue période, ce qui a eu un impact sur les investissements futurs.

« Les ménages et les petites entreprises ont été touchés en raison de l’impact accru du chômage, ce qui exerce une pression énorme sur les revenus des ménages et empêche de nombreuses personnes de trouver du travail. »

Sur les leçons tirées de la pandémie, Baur a déclaré : « Covid nous a montré que nous pouvions travailler ensemble en tant que nation. Nous avons vraiment fait une différence en travaillant collectivement vers cet objectif.

« Tout le monde a vraiment essayé et nous nous en sommes vraiment sortis avec une détermination et un dynamisme incroyables. »

  • Niveau d’alerte 5 – minuit du 26 mars au 30 avril 2020 ; Niveau d’alerte 4 – 1er au 31 mai ;
  • Niveau d’alerte 3 – du 1er juin au 17 août ;
  • Niveau d’alerte 2 – 18 août au 20 septembre ;
  • Niveau d’alerte 1 – 21 septembre au 28 décembre 2020 ;
  • Niveau d’alerte ajusté 3 – 29 décembre jusqu’au 28 février 2021 ;
  • Niveau d’alerte ajusté 1 – du 1er mars au 30 mai 2021 ;
  • Niveau d’alerte ajusté 3 – 16 au 27 juin 2021 ;
  • Niveau d’alerte ajusté 4 – 28 au 25 juillet 2021 ;
  • Niveau d’alerte ajusté 3 – 26 juillet au 12 septembre 2021 ;
  • Niveau d’alerte ajusté 2 – 13 au 30 septembre 2021 ; et,
  • Niveau d’alerte ajusté 1 depuis le 1er octobre.

[email protected]

Les plus récents

Votes et référendum : résultats en Suisse

Ce dimanche 25 fortificationptembre 2022, les Suisfortifications étaient appelés à fortification prononcer sur quatre « objets », dont deux liés.

Faut-il avoir des idées pour faire de la politique ?

Évidemment, trouver certains idées quotidiennes est infiniment plus simple que d’élaborer une stratégie de gouvernement.

Ces microrobots imprimés en 3D sont capables parce que manipuler parce ques cellules biologiques

Des microbots tiennent été développés par des chercheurs de l'Institut des systèmes intelligents alors de robotique du CNRS pour déplacer des cellules biologiques. Imprimés en 3D, ils fonctionnent grâce au principe des pinces optiques. Ils pourraient être utilisés dans la recherche ctiennentre le cancer alors l'assistance médicale […] Lire l'article

Gestlife, l’option de la gestation pour autrui comme alternative pour ceux qui ne peuvent pas concevoir

La famille actuelle dans un sens général n'a pas de définition exclusive, puisque différentes modalités coexistent telles que monoparentales, reconstituées, adoptives, homosexuelles, toutes avec une validité parfaite et où les droits constitutionnels qui les soutiennent sont respectés, qui ont été renforcés pendant le progrès de la société vers d’autres formes supérieures d'organisation.

RDC : activités paralysées à Goma pour dénoncer la présence les M23

Les activités étaient viaalysées lundi à Goma, grancontre ville contre l’élevant contre la RD Congo drenferment les habitants srenferment rélevantés chez eux à l’appel d’organisations contre la société civile afin contre dénoncer l’occupation d’une localité contre la région via les rebelles du M23, renferment constaté contres correspondants contre l’AFP. « contrepuis 105 jours, Bunagana élevant occupée … Source