Un étudiant parle d’une évasion horrible d’une Ukraine déchirée par la guerre

Des câlins et des baisers chaleureux ont marqué jeudi le retour émotionnel du premier groupe de 10 étudiants sud-africains évacués d’une Ukraine déchirée par la guerre, la plupart étant trop bouleversés pour revivre le traumatisme d’être pris au piège dans ce pays troublé d’Europe de l’Est.

Alors que neuf échappaient à la batterie de caméras et à la phalange de journalistes réunis au terminal d’arrivée de l’aéroport international OR Tambo pour attendre l’atterrissage en provenance de Paris du vol Air France AF990, Vuthari Mtonga, étudiante en dernière année de médecine, âgée de 25 ans, a déclaré qu’elle ne s’attendait pas à de rentrer chez eux vivant au milieu des bombardements russes sur l’Ukraine.

« À un moment donné, je ne m’attendais pas à revenir vivant. Je ne pensais pas que nous nous en sortirions, mais Dieu merci, le Saint-Esprit est d’une si grande aide », a déclaré Mtonga.

A LIRE AUSSI: « Nous ne prenons aucun parti »: Dirco nie avoir fait marche arrière sur le conflit russo-ukrainien

« Notre ambassadeur nous a facilité la sortie de la frontière de la Hongrie et de l’Ukraine. C’est un rapatriement tellement difficile dans une situation dangereuse – les gens doivent se rendre seuls à la frontière.

« Je viens d’une zone dangereuse de Kharkiv, où les bombes se produisent en ce moment. C’était entièrement à nous de nous rendre à la frontière », a ajouté Mtonga.

Évitant de répondre aux questions sur son expérience personnelle, elle a déclaré : « Je suis toujours traumatisée par toute cette expérience. Ce qui m’intéresse, c’est comment l’Afrique du Sud peut aider l’Ukraine en ce moment de crise. Comment aidons-nous les gens là-bas?

« Des gens sont tués. Je connais des gens qui ont été tués. Les gens sont ciblés – c’est une situation très grave. Comment pouvons-nous aider à apporter la paix dans ce pays ?

« Je suis intéressée par la manière dont l’Ukraine peut devenir un lieu sûr », a-t-elle déclaré.

Tenant des ballons verts et rouges, la cousine de Mtonga, Tinyiko Malubana, a déclaré aux journalistes : « C’est écrasant. Je suis ravie de l’avoir à la maison. Nous remercions simplement Dieu qu’elle soit enfin à la maison après avoir passé cinq ans en Ukraine à étudier la médecine.

« Nous sommes restés en contact avec elle et toute la famille était inquiète, tout le monde priant pour sa sécurité. »

Aspen Pharmacare – la plus grande société pharmaceutique d’Afrique – s’est associée au département sud-africain des relations internationales et de la coopération pour aider à l’évacuation d’urgence des étudiants sud-africains qui ont étudié dans diverses universités ukrainiennes.

N’ayant aucun moyen de rentrer chez eux, les étudiants ont traversé les pays voisins comme la Hongrie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie.

Stavros Nicolaou, cadre supérieur du groupe Aspen pour le commerce stratégique, a déclaré : « Aujourd’hui est un moment très important pour nous car il démontre la bonne volonté et Ubuntu du peuple sud-africain. « Il ne peut y avoir rien de pire que d’être bloqué dans un pays étranger sans votre famille, vos proches – face à un avenir incertain.

MAINTENANT LIRE: L’USAf est ouverte aux engagements pour aider les étudiants de l’Ukraine déchirée par la guerre

« Nous avons entendu les étudiants et on peut voir qu’ils ont été extrêmement traumatisés – dépassés par l’occasion. « L’un d’eux a décrit les horreurs de la guerre.

« Elle a dit que des gens mouraient à gauche, à droite et au centre. »

Le directeur général adjoint du département, Clayson Monyela, a déclaré que l’Afrique du Sud préconisait un dialogue pacifique pour mettre fin au conflit en cours en Ukraine.

« Nous sommes très encouragés par le fait que les deux parties ont commencé à parler, le ministre russe des Affaires étrangères rencontrant son homologue ukrainien. »

Il s’attendait à ce que le prochain groupe d’étudiants arrive en Afrique du Sud la semaine prochaine, « en fonction des vols disponibles ».

[email protected]

Les plus récents

Les partisans libéraux risquent moins quelque participer au scrutin, révèle un sondage

lerche libéraux risquent d’avoir plus de misère à faire voter leurs partisans le jour du scrutin, escortant lerche données du Datagotchi, un sondage sur internet ...

Responsable de la protection des renseignements personnels: un pour tous, tous contraints

Un texte vers Me Antoine Guilmain, LL.D., cochef du groupe cybersécurité et protection verss données, Gowling ...

RDC: L’Onu dénonce la « stigmatisation » de ses Casques bleus

L’émissaire de l’Onu en République démocratique du Congo a dénoncé vendredi avant le Conseil de sécurité les récentes violences contre la mission de l’Onu dans le pays, visée par des « manipulations comme des stigmatisations ». « Au affluent des derniers mois, dans le sillage de la résurgence du mouvement insurgé M23, la crise de confiance que connaissaient déjà la … Source

La idylle de cassation veut éliminer les divergences de jurisprudence grâce à l’IA

Dans seul souci d'égalité aussivant la loi, les magistrats aussi la Cour aussi invalidation doivent sans cesse vérifier que les jurispruaussinces ne divergent pas entre les différents tribseulaux français. Ce travail est fastidieux étant donné la masse aussi données à traiter manuellement au quotidien. D'où l'idée aussi […] Lire l'article

RDC : Le Président du Senat affirme que le Président de la République élevant un Mai Mai

Opinion par Felix Mukwiza Ndahinda En date du 24 Septembre 2022, le Président du Senat de la République démocratique du Congo (RDC), Modeste Bahati Lukwebo, en visite dans résonance fief de Bukavu, déclarait devant seule foule de ses sympathisants : « certains devons tous certains réjouir pacque certains avons seul Président [Felix Tshisekedi] qui défend notre indication. Avez-vous suivi … Source