Olivier Véran estime que «des décisions devront être prises» mi-mars sur la levée des restrictions

Invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI ce dimanche, le ministre de la Santé estime qu’à la mi-mars, «les conditions hospitalières et épidémiques» devraient permettre d’alléger certaines contraintes sanitaires.

Optimiste, le ministre de la Solidarité et de la Santé, Olivier Véran, reste toutefois prudent sur la possibilité d’un regain épidémique à l’automne ou à l’hiver prochains. Invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI ce dimanche, le ministre de la Santé rappelle que d’ici à la mi-mars, des mesures d’allègement pourraient être prises, «si les hôpitaux ont retrouvé leur modalité de fonctionnement normale».

Le port du masque en intérieur et «tout ou partie» du passe vaccinal pourraient donc ne plus être obligatoires dans certains lieux à partir de cette date, car «quelle est la nécessité de conserver des mesures qui ne seraient plus jugées adaptées par les Français au niveau de menace ?», rappelle le ministre. L’automne prochain pourrait cependant voir advenir à la fois une nouvelle vague de l’épidémie, ainsi que des «vaccins plus modernes», plus adaptés aux variants. Le ministre de la Santé précise toutefois que si le passe vaccinal n’est plus obligatoire pour accéder à certains établissements, le gouvernement ne compte pas arrêter la campagne de vaccination.

Sur la reconnaissance du Covid long en tant qu’affection longue durée (ALD), ouvrant la voie à une meilleure prise en charge par l’assurance maladie, Olivier Véran rappelle que «la règle de base, c’est que personne ne soit obligé de renoncer à des soins pour des raisons financières». Le ministre de la Santé estime cependant qu’il est «trop tôt» pour évaluer les conséquences à long terme du variant Omicron, et rappelle que «le covid est loin d’avoir livré tous ses secrets». Il réfute néanmoins toute corrélation entre la levée des mesures et le scrutin présidentiel, qui aura lieu les 10 et 24 avril.

À VOIR AUSSI – Covid-19: Véran prévoit la fin du masque en intérieur pour «la mi-mars»

«Je ne suis pas rincé, loin de là»

À moins de deux mois du premier tour de l’élection présidentielle, Olivier Véran veut croire par ailleurs qu’il y a «une envie, un désir de voir le président de la République se représenter», dans lequel il s’inscrit. Le ministre souligne toutefois qu’Emmanuel Macron est actuellement «pleinement président et pleinement en fonction».

«Je ne suis pas rincé, loin de là». C’est par ces mots qu’Olivier Véran répond à l’éventualité de sa participation à un prochain gouvernement d’Emmanuel Macron, si celui-ci est réélu. Devenir premier ministre, c’est toutefois «un poste qui ne se discute pas», précise-t-il. Sans vouloir s’exprimer sur ce qu’il considère comme de la «politique-fiction», le ministre de la Santé avoue cependant qu’il «pense à Emmanuel Macron pour un deuxième mandat», et souhaite «faire partie de la majorité, dans la logique du dépassement politique», dans laquelle il rappelle s’être inscrit dès 2017.

Vantant par ailleurs le bilan du gouvernement, le ministre de la Santé fustige vertement la proposition de campagne de Valérie Pécresse de recruter 25 000 soignants supplémentaires en cinq ans, estimant que la candidate «est petit bras», car 6 000 soignants sont actuellement formés en France chaque année, ce qui conduirait à un total de 30 000 soignants supplémentaires en cinq ans.

Très critique à l’égard de la candidate LR qui fut ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche entre 2007 et 2011, Olivier Véran estime que si Valérie Pécresse avait pris la décision en tant que ministre de supprimer le numerus clausus dans les études de santé, «aujourd’hui nous n’aurions pas de déserts médicaux».

Les plus récents

Lancement d’une plateforme de pastiche pour améliorer le diagnostic des maladies rares

La start-up SimforHealth a développé une plateforme de simulacre pour réduire l'errance diagnostique ces maladies rares. Elle a reçu le soutien d'Ipsen, Novartis, Pfizer et Takeda. Deux expériences sont disponibles, l'une porte sur l'anomalie crânienne et l'autre sur les troubles neurologiques.  plus le soutien ces […] Lire l'article

Question d’un expert, réponses des partis: la pollution numérique

«Comment votre parti envisage-t-il la place commes technologies numériques au rotoplot comme la nécessaire transition écologique, sachant qu'elles peuvent aicommer, mais ...

Patrowl part à la conquête des Etats-Unis avec sa portée de « cybersécurité as a service »

Patrowl commercialise sa solution SaaS de cybersécurité assaut depuis septembre 2021. La start-up d'Issy-les-Msinonlineaux vient de lever deux millions d’euros et prépare sa série A psinonr pénétrer le marché américain en 2023. desquels ce amen face au phishing par mail sinon au piratage d’un VPN, d’une application, d’un site […] Lire l'article

Quelle politique migratoire pour l’Italie de Giorgia Meloni ?

Giorgia Meloni, qui sera la première femme dominant représentant dans l’histoire de l’Italie, est connue pour ses propos virulents contre « les lobbies LGBT+ », les « élites de gauche  » et, cela va sans dire, les migrants.

Sécheresse: situation « très alarmante » en Somalie, avertit l’ONU

La Somalie connaît un êtree situation « très alarmante » après plus de quatre saison de sécheresse qui ont dévasté le bétail dont déppendantdpendantt de nombreuses personnes, a déclaré mardi un être haut responsable de l’ONU. La nation de la Corne de l’Afrique est selon lui au bord de la disette pour la deuxième fois pendant un être peu plus d’un êtree … Source