Le PQ échoue à inclure l’enseignement collégial dans le projet de loi 96

Pascal Bérubé a fait chou blanc mercredi dans la Salon rouge de l’hôtel du Parlement. Le député péquiste a cherché à convaincre le ministre Simon Jolin-Barrette d’amender le projet de loi 96 afin d’appliquer la Charte de la langue française à l’enseignement collégial, mais en vain.

« J’accuse ce gouvernement de non-assistance à une langue en danger, rien de moins », a lancé Pascal Bérubé en commission parlementaire.

L’élu a déposé mercredi un amendement au projet de loi 96 stipulant que « l’enseignement collégial doit se donner en français, sauf pour les ayants droit », soit les enfants dont le père ou la mère a reçu un enseignement primaire en anglais au Canada.

Selon lui, le déclin du français au Québec commande de fermer les portes des cégeps anglophones aux francophones et aux allophones. « Ce gouvernement qui nous a demandé d’écouter la science, qui nous a dit qu’il écoutait toujours la science, choisirait de ne pas regarder franchement les chiffres en disant : “Les mesures les plus structurantes, on ne va pas aller de l’avant, parce qu’il y a peut-être un coût politique à payer” », a déploré le député de Matane-Matapédia.

Les députés de la Coalition avenir Québec, du Parti libéral du Québec et de Québec solidaire se sont tour à tour opposé à l’idée d’assujettir les cégeps à la loi 101.

Pascal Bérubé a dit regretter de voir le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette — qu’il soupçonne d’appartenir à l’« aile de plus en plus rachitique de la CAQ qui pratique un nationalisme homéopathique » — « passe[r] à côté de l’histoire » avec son projet de loi « pas costaud ». Il y voit une « capitulation honteuse » de la part des « nationalistes » de l’équipe de François Legault.

Le ministre Jolin-Barrette a dit « agi[r] » afin de renforcer la présence de la langue française. Il a rappelé vouloir, au moyen du projet de loi 96, imposer une épreuve uniforme de français aux étudiants du réseau collégial anglophone, sauf à ceux étant déclarés admissibles à l’enseignement en anglais à l’école primaire et secondaire, en plus de limiter la possibilité de croissance des places dans les cégeps anglophones. « Ce que nous proposons va véritablement changer le visage de l’enseignement au niveau collégial », a-t-il soutenu devant la Commission de la culture et de l’éducation.

À voir en vidéo

Les plus récents

RDC : Piégé, Vidiye Tshimanga démissionne… et après ?

Vidiye Tshimanga, influent « ami » du chef aussi l’État congolais Félix Tshisekedi, a annoncé qu’il démissionnait aussi son poste aussi conseiller stratégique du présiaussint après capital été piégé et filmé à son insu par aussi pseudo-investisseurs. Les enregistrements sont accablants ! Vidiye Tshimanga, proche parmi les proches du présiaussint Tshisekedi, qu’il a rencontré lorsque aussi à elles … Source

Cybersécurité: un guide pour vous conformer à la loi 25

LA TECHNO PORTE CONSEIL fermentant une rubrique qui vous incident découvrir des plateformes, de nouveaux outils ou de nouvelles fonctionnalités pouvant être implantés ...

Éric Zemmour ou le wokisme à la sauce nationale-identitaire

Zemmour rée un insolite insolite vocabulaire, et veut réveiller les gens… Les conscientiser, autrement dit. Des stratégies issues du wokisme.

«Comment rendre mon équipe plus intelligente?»

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les plus croustillantes [puis les plus ...

La « Nouvelle Lettre » fait peau neuve !

Lecture indispensable pour tout militant libéral, la « Nouvelle avis » est disponible en ligne.