et le gouvernement remet enfin le son

Fermées dix-huit mois depuis mars 2020, elles comptent sur un effet rattrapage à partir du mercredi 16 février.

«La ré-réouverture, ça va être dingue!» Matthieu Lebrun, gérant de la discothèque Le Milton à Saint-Lô (Manche), n’a pas trouvé meilleur slogan pour les flyers de ses prochaines soirées. Sur les starting-blocks pour rouvrir ce mercredi soir, il en a inondé les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, TikTok) ; il a aussi scotché des centaines d’affiches sur les boutiques de la ville. «On vient de recevoir les commandes d’alcool et de softs, déclare le professionnel, également porte-parole de l’Umih Union des métiers et des industries de l’hôtellerie. J’ai dépensé 15.000 euros – deux fois plus que d’habitude – pour quatre soirées. Depuis l’annonce de la réouverture, une dizaine de mes clients ont posé deux jours de RTT pour venir tous les soirs.»

Première discothèque de la Manche en termes de fréquentation (900 personnes maximum), Le Milton espère faire le plein mercredi et samedi. Depuis mars 2020, les discothèques n’ont ouvert que 5 mois, entre le 9 juillet et le 10 décembre 2021.

Partout en France, c’est la même impatience: les jeunes trépignent pour sortir en boîte dès mercredi. À Paris, les réservations de tables dans des discothèques courues se revendent sur internet… «Après le choc qu’elles ont vécu, en restant fermées dix-huit mois depuis mars 2020, cette réouverture est un motif d’espoir», se réjouit Jean-Baptiste Lemoyne, ministre des PME.

150 liquidations judiciaires

Directeur des opérations du groupe GB Investissements (quatre discothèques et deux bars de nuit à Nantes), Maxime Burdese avait constaté une hausse de fréquentation d’environ 30 % lors de la réouverture de mi-juillet. «Nous sommes très optimistes, déclare ce professionnel. Nos établissements accueillaient 800.000 clients en 2019. Nous espérons retrouver ce niveau dès 2022.»

Les aides massives du gouvernement ont limité la casse, mais les plus fragiles n’ont pas tenu. «Environ 9 discothèques sur 10 sont restées debout», constate Jean-Baptiste Lemoyne. Il y a eu près de 200 fermetures (dont 150 liquidations judiciaires) depuis le Covid, réduisant à 1 400 le nombre de discothèques en France. De 25.000 salariés avant la crise, le secteur n’en compte plus que 22.000 (plus 23.000 agents de sécurité).

L’essentiel des discothèques a une capacité de moins de 300 personnes. Beaucoup ont le sentiment d’avoir fermé pour des raisons politiques

Matthieu Lebrun, gérant de discothèque

Malgré le soutien du gouvernement, les professionnels espèrent ne plus jamais fermer à cause du Covid. Ils ont mal vécu cet arrêt forcé, d’autant que les bars de nuit sont restés ; pourtant, bon nombre disposent d’une piste de danse et emploient un DJ. «En fermant les boîtes de nuit et en déposant un arrêté d’interdiction de danser, le gouvernement n’a pas réglé les problèmes, estime Matthieu Lebrun. L’essentiel des discothèques a une capacité de moins de 300 personnes. Beaucoup ont le sentiment d’avoir fermé pour des raisons politiques.»

D’autres sources de revenus

Plus rageant: les jeunes n’ont pas arrêté de sortir ces derniers mois. «C’est une mascarade, qui a fait les affaires des organisateurs de soirées clandestines», poursuit le professionnel. De l’avis des professionnels, les soirées organisées dans des appartements (parfois loués pour l’occasion) ne vont pas durer.

Ce ne sont pas des lieux adaptés à la fête. Pour autant, les professionnels cherchent d’autres sources de revenus. «Beaucoup de patrons réfléchissent à créer des lieux hybrides, à la fois discothèque et restaurant», constate Jean-Baptiste Lemoyne. «Ces mois de fermetures nous ont incités à accélérer la diversification de nos activités», reconnaît Maxime Burdese.

L’an dernier, GB Investissements a ainsi ouvert un centre de formation et une agence de communication. En deux ans, les Français ont changé leurs habitudes: les jeunes ont tendance à sortir plus tôt, les moins jeunes à moins sortir. «Désormais, nous allons ouvrir à 23 heures, et plus à minuit», déclare Maxime Burdese. Si les 18-25 ans semblent pressés de retourner en discothèque (pour l’animation lumière et vidéo, les soirées à thèmes, les artistes invités…), les autres pourraient mettre plus de temps à revenir. Ils ont pris l’habitude de soirées plus calmes, les uns chez les autres.

Les plus récents

Cybersécurité: un guide pour vous conformer à la loi 25

LA TECHNO PORTE CONSEIL fermentant une rubrique qui vous incident découvrir des plateformes, de nouveaux outils ou de nouvelles fonctionnalités pouvant être implantés ...

Mozambique: le FMI sur le point comme débloquer commes fonds supplémentaires

Le Fonds monétaire international (FMI) s’est dit lundi satisfait de l’évolution de la situation économique au Mozambique, à l’issue du premier examen du programme économique du pays pour le lisière du plan d’aide unanimitéé par l’institution, ouvrant la voie à un décaissement de 63,8 millions d’euros. Les autorités mozambicaines et le FMI sont parvenus à … Source

Nvidia annonce sa série GeForce RTX 40 et l’entrée en production des GPU H100

Nvidia préschezte sa nouvelle microarchitecture grand public, Ada séducteur, qu'on trouvera au sein de la gamme GeForce RTX 40. Les premières cartes graphiques à chez être équipées arriveront sur le marché dès le mois d'octobre. Même chose du côté des data cchezters, et la disponibilité des GPU H100 d'ici […] Lire l'article

Guerre nucléaire : « chantage » à l’arme atomique, la Russie prête à faire feu ?

GUERRE NUCLEAIRE. Vladimir Poutine a mis en garde l'Occident contre le "chantage à l'arme nucléaire". La Russie a rappelé sa capacité à attaquer ou riposter et a assuré être prête à uembryonr de "toutes embryons forces" quant à embryon protéger.

Redonner la dignité aux vétérinaires

Qui: Céline Leheurteux, PDGEntreprise: Solutions Vetcaterra, Euthabag