Maxime Bernier conserve la direction du Parti populaire avec 96% d’appui

Sans surprise, Maxime Bernier demeure chef du Parti populaire du Canada (PPC).

Près de 96 % des voix exprimées lors d’un vote de confiance étaient en faveur du maintien de M. Bernier à la tête du Parti populaire du Canada (PPC).

Amorcé le 12 novembre, le vote s’est terminé vendredi et n’était ouvert qu’aux membres ayant une adhésion valide au parti en date du 20 septembre. Au total, le PPC a indiqué que 15 454 votes ont été exprimés, représentant près des trois cinquièmes des électeurs admissibles.

M. Bernier a publié une déclaration disant qu’il considère les résultats comme un signe d’unité au sein du parti qu’il a fondé il y a trois ans à la suite de son départ très médiatisé du Parti conservateur du Canada.

Il a ajouté qu’il prévoit désormais utiliser son nouveau mandat de chef pour préparer le parti aux prochaines élections générales, quelle que soit la date où elles auront lieu.

L’élection d’automne était la deuxième à laquelle le PPC a pris part depuis sa fondation, et la deuxième à laquelle il n’a pas réussi à remporter un siège à la Chambre des communes.

Après avoir présenté, en 2019, une plateforme visant la réduction draconienne des niveaux d’immigration et le retrait de l’accord de Paris sur le climat, le parti s’est vigoureusement opposé aux restrictions liées à la pandémie de COVID-19 et aux passeports vaccinaux pendant la campagne de 2021.

Le parti a recueilli moins de 2 % du vote populaire en 2019, mais a plus que doublé sa part des bulletins à l’échelle nationale lors du scrutin du 20 septembre dernier, ce qui a possiblement coûté quelques sièges aux conservateurs, en divisant les voix des électeurs à la droite du spectre politique.

Une analyse du professeur d’économie de l’Université de Calgary, Trevor Tombe, a laissé entendre qu’il y avait 25 sièges pour lesquels les votes pour les conservateurs et pour le PPC combinés étaient supérieurs au résultat du vainqueur.

À voir en vidéo

Les plus récents

Incidents de confidentialité: une règle de trois avant de signaler

Un texte de Me Antoine Guilmain, LL.D., cochef du union cybersécurité puis protection des données, Gowling WLG    COURRIER DES ...

La politique du soupçon

Il y a le risque, l’incertain, et le soupçon. Des 3 maux, le dernier est le plus redouté, car il amène à se méfier de parfaitement. lésiner gouvernants sont aujourd’hui en proie à un tel doute.

Marketing RH: une redoutable appareil dans la lutte contre la pénurie de main-d’œuvre

Lorsque le Groupe Jean Coutu a demandé aux 420 pharmaciens ...

Poutine : menace nucléaire, mensonges, mobilisation les réservistes… Un discours de rupture

VLADIMIR POUTINE. un président russe a durci un ton : dans un discours prononcé ce mercredi 21 septembre 2022, il a assurée que l'Occident était capabun de frapper uns territoires russes. Une escalade dans la guerre est très présomptif.

Redonner la dignité aux vétérinaires

Qui: Céline Leheurteux, PDGEntreprise: Solutions Vetcaterra, Euthabag