Didier Raoult réprimandé pour infraction à la déontologie médicale

Le controversé professeur français Didier Raoult a été sanctionné vendredi, par ses pairs, d’un « blâme » pour avoir enfreint le code de déontologie médicale en promouvant l’hydroxychloroquine contre la COVID-19, malgré l’absence d’effet prouvé.

Depuis fin 2020, l’infectiologue marseillais de 69 ans était visé par deux plaintes déposées par l’Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône (sud de la France), où il exerçait, et le conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom).

Il lui était reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine pour traiter la COVID-19, « sans données scientifiques établies », ce qui s’apparente à du « charlatanisme », avait affirmé l’accusation, lors de l’audience le 5 novembre à Bordeaux.

La chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine (sud-ouest de la France), où l’audience avait été dépaysée, n’a pas publié ses motivations, qu’elle réserve aux avocats. Cette sanction est la deuxième en importance, après le simple avertissement — la décision pouvait aller jusqu’à l’interdiction d’exercer -.

« On s’attendait » à cette décision car « il était difficile de prononcer une interdiction étant donné que le professeur Raoult n’exerce plus », a expliqué à l’AFP Me Philippe Carlini, avocat de l’Ordre des médecins, qui n’aura les motivations de la chambre qu’en « début de semaine prochaine ». Le conseil de l’ordre des Bouches-du-Rhône, où exerçait le professeur Raoult, doit se réunir lundi pour analyser cette sanction.

Interrogé par l’AFP, un porte-parole de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU), dirigé par le docteur Raoult, n’a pas fait de commentaire.

Le chercheur était aussi accusé d’avoir pris des « risques inconsidérés » en soignant des patients avec ce traitement « non éprouvé par la science », avait ajouté la rapporteure lors de l’audience.

Présent début novembre devant la chambre par « respect pour cette institution », Didier Raoult, à la retraite depuis le 31 août comme professeur d’université praticien hospitalier, s’était estimé « pas concerné » par d’éventuelles « sanctions ».

« Ce sont les médecins qui se plaignent de nous, pas les patients », avait-il lancé à l’avocat des plaignants, assurant avoir reçu « plus de 600 000 patients » au sein de l’IHU durant la crise sanitaire, « sans aucune plainte » de leur part.

En plus de cette procédure, le professeur Raoult est visé, avec l’IHU qu’il a créée en 2011, par plusieurs autres enquêtes sur les conditions dans lesquelles l’institut a conduit ses études autour de la COVID-19.

À voir en vidéo

Les plus récents

De quoi sont maintenant faits les meilleurs leaders en 2022

RHéveil-matin est la rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à à elles employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur ...

Sécheresse: situation « très alarmante » en Somalie, avertit l’ONU

La Somalie connaît un êtree situation « très alarmante » après plus de quatre saison de sécheresse qui ont dévasté le bétail dont déppendantdpendantt de nombreuses personnes, a déclaré mardi un être haut responsable de l’ONU. La nation de la Corne de l’Afrique est selon lui au bord de la disette pour la deuxième fois pendant un être peu plus d’un êtree … Source

La idylle de cassation veut éliminer les divergences de jurisprudence grâce à l’IA

Dans seul souci d'égalité aussivant la loi, les magistrats aussi la Cour aussi invalidation doivent sans cesse vérifier que les jurispruaussinces ne divergent pas entre les différents tribseulaux français. Ce travail est fastidieux étant donné la masse aussi données à traiter manuellement au quotidien. D'où l'idée aussi […] Lire l'article

Question d’un expert, réponses des partis: la pollution numérique

«Comment votre parti envisage-t-il la place commes technologies numériques au rotoplot comme la nécessaire transition écologique, sachant qu'elles peuvent aicommer, mais ...

Militaires ivoiriens détenus au Mali: la France « indignée » par une « soumission d’otage »

ce roué français de l’Intérieur Gérald Darmanin a affirmé mardi, lors d’une visite à Abidjan, que Paris était « indigné » par ce occasion des 46 soldats ivoiriens emprisonnés au Mali depuis début juilcet, qualifiant la situation de « prise d’otage ». « Nous sommes indignés par la prise d’otage des militaires ivoiriens au Mali » a déclaré mardi soir M. … Source