Mise à jour économique de Québec: les faits saillants

Le ministre des Finances, Eric Girard, fait le point sur la situation économique et financière du Québec.

Il anticipe un déficit près de deux fois moins important que prévu pour l’année en cours.

En effet, l’année financière 2021-2022 se soldera par un manque à gagner de quelque 6,9 milliards de dollars et non de 12,3 milliards (- 5,4 milliards) comme il l’appréhendait lors du dévoilement du Budget du Québec 2021-2022 en mars dernier.

Le gouvernement canadien n’y est pas pour rien. En effet, Québec s’attend à recevoir des transferts fédéraux non prévus en mars dernier totalisant environ 2,6 milliards, dont 1,1 milliard provenant du transfert ponctuel pour appuyer le système de santé et la vaccination et 660 millions découlant de l’entente asymétrique sur les services de garde.

D’autre part, l’État québécois tirera des revenus additionnels de 5,94 milliards, dont 831 millions de la part des entreprises du gouvernement.

Contrer la hausse du coût de la vie

Au total, le gouvernement prévoit investir 2,1 milliards dollars sur cinq ans pour contrer la hausse du coût de la vie.

Le taux d’inflation pourrait atteindre 4 % cette année, selon les plus récentes estimations du ministère des Finances.

Une prestation exceptionnelle sera mise en place pour les personnes à faible ou moyen revenu qui sont admissibles au crédit d’impôt pour solidarité. À partir du 24 janvier 2022, une personne seule recevra 275 dollars de plus, une somme qui pourra atteindre 400 dollars pour un couple. Cette mesure se limitera à l’année 2022 et devrait toucher 3,3 millions de personnes.

Le gouvernement doublera aussi le montant pour le soutien des aînés de 70 ans et plus. Il passera de 209 à 400 dollars. En tout, 709 000 aînés bénéficieront de cette aide additionnelle prévue pour cinq ans.

Services de garde

Une aide supplémentaire, rétroactive au 1er janvier 2021, est mise en place pour les contribuables dont l’enfant fréquente un service de garde non subventionné. Son objectif est d’éliminer l’écart avec le tarif quotidien des garderies subventionnées, qui est de 8,50 $.

Pour les enfants de moins de sept ans, le crédit d’impôt en vigueur actuellement sera bonifié. Le plafond annuel des frais admissibles passera de 9950 $ à 10 400 $.

Le ministère des Finances calcule que ce montant correspond au total des frais de garde sur la base d’un tarif quotidien de 40 $ à temps plein, soit 260 jours par année.

Dans le cas de parents dont l’enfant ne fréquente pas un service de garde à temps plein, ce nouveau plafond pourrait couvrir un tarif quotidien supérieur allant jusqu’à 58 $.

Pour les familles dont le revenu annuel est entre 80 000 et 100 000 $, le ministère des Finances estime que cette mesure annule complètement l’écart entre le tarif des services de garde non subventionnés et celui des garderies financées par l’État.

Le coût de cette mesure est de 225,6 millions pour l’exercice en cours. Il sera de 215,2 millions en 2022-2023. Au total, 1,1 milliard est prévu d’ici 2025-2026.

Toujours sur le front de l’accessibilité aux services de garde, 1,2 milliard de dollars sont prévus sur cinq ans pour la création des 37 000 places subventionnées annoncées par le gouvernement.

Une partie de la compensation de 6 milliards annoncée par le premier ministre Justin Trudeau servira à couvrir la création de ces nouvelles places subventionnées ainsi la hausse du crédit d’impôt pour les services non subventionnés. Cette somme financera aussi la formation de nouvelles éducatrices, pour un total de 212 millions sur cinq ans.

Main-d’oeuvre

Le gouvernement prévoit ajouter 2,9 milliards sur cinq ans pour « former, requalifier et attirer des travailleurs en santé, en éducation, dans les services de garde, le génie, les technologies de l’information et la construction ».

De cette somme, 1,7 milliard est destiné à un programme de bourses pour les étudiants inscrits dans les secteurs d’activités recherchés. Au terme de leur formation, les étudiants pourront recevoir jusqu’à 9000 $ au collégial, 15 000 $ à l’université pour un programme de trois ans et 20 000 pour un programme de quatre ans. Un versement sera effectué à la fin de chaque session réussie à temps plein.

Une somme de 444 millions sur cinq ans pourra servir aux projets d’investissement des entreprises, aux zones d’innovation et à la relance du secteur culturel et artistique.

4,4 milliards de plus pour renforcer le système de santé

Le ministre des Finances prévoit des investissements additionnels de 4,4 milliards sur trois ans — 3,6 milliards en 2021-2022, 614 millions en 2022-2023, 184 millions en 2023-2024 — pour « renforcer le système de santé ».

Le gouvernement prévoit consacrer 804 millions en deux ans et demi pour raccourcir la liste d’attente de chirurgies, qui s’est allongée durant la pandémie de COVID-19. Pas moins de 400 millions proviendront des économies dégagées par l’Institut de la pertinence des actes médicaux (IPAM).

Le ministère de la Santé compte effectuer quelque 125 000 chirurgies électives supplémentaires d’ici le 31 mars 2024.

Il appellera en renfort les cliniques privées pour y parvenir. En effet, celles-ci effectueront 14% du nombre total de chirurgies. « Le retour progressif du personnel réaffecté pour soigner les patients atteints de la COVID-19 ou pour vacciner la population permettra de reprendre graduellement le rythme des activités de chirurgie dans les établissements de santé », peut-on lire dans le « minibudget » dévoilé jeudi.

Croissance économique « exceptionnelle »

Le gouvernement québécois anticipe une croissance économique « exceptionnelle » de 6,5 % cette année, soit plus qu’au Canada et aux États-Unis. Le gouvernement québécois ne devance pas le retour à l’équilibre budgétaire pour autant. Il renouera avec le déficit zéro d’ici six ans et demi, soit le 31 mars 2028. Le ratio de la dette brute sur le produit intérieur brut (PIB) s’établira à 44,3 % —et non 49,2 % — le 31 mars 2022, prévoit désormais M. Girard (+ 4,9 points de pourcentage).

D’autres détails suivront.

À voir en vidéo

Les plus récents

Nvidia annonce sa série GeForce RTX 40 et l’entrée en production des GPU H100

Nvidia préschezte sa nouvelle microarchitecture grand public, Ada séducteur, qu'on trouvera au sein de la gamme GeForce RTX 40. Les premières cartes graphiques à chez être équipées arriveront sur le marché dès le mois d'octobre. Même chose du côté des data cchezters, et la disponibilité des GPU H100 d'ici […] Lire l'article

Glovo (Delivery Hero) écope d’une amende de 79 millions d’euros en Espagne

L'Espagne inflige une réparation de 79 millions d'euros à Glovo pour travail dissimulé. un service de livraison, désormais détenu par Delivery Hero, est égaunment contraint de régulariser 10600 livreurs exerçants par sa plateforme. L'Espagne inflige une réparation de 79 millions d'euros à Glovo, désormais détenu par […] Lire l'articun

RDC : Piégé, Vidiye Tshimanga démissionne… et après ?

Vidiye Tshimanga, influent « ami » du chef aussi l’État congolais Félix Tshisekedi, a annoncé qu’il démissionnait aussi son poste aussi conseiller stratégique du présiaussint après capital été piégé et filmé à son insu par aussi pseudo-investisseurs. Les enregistrements sont accablants ! Vidiye Tshimanga, proche parmi les proches du présiaussint Tshisekedi, qu’il a rencontré lorsque aussi à elles … Source

Twitch va interdire le «streaming» de certains jeux d’argent

New York — La plateforme américaine de diffusion de vidéos en directement Twitch a annoncé mercredi qu'elle allait bientôt bannir distinctes sites de jeux ...

Soan, adversaire sur le marché des solutions tout-en-un de gestion pour les TPE/PME

une fintech s'attaque à une réduction des déuneis de paiement et des impayés, et à une dématérialisation des factures environ les PME et les TPE, au travers d'un logiciel SaaS qui englobe toutes les étapes de une fonction publique de trésorerie. Elle annonce une levée de fonds de 3,2 millions d'euros. Le nombre de fintechs qui […] Lire l'article