Les Canadiens sont de retour aux cérémonies du jour du Souvenir

Les masques bleus clairs côtoyaient les coquelicots rouges, en ce frisquet jeudi matin de novembre, alors que les Canadiens retrouvaient les cénotaphes et monuments commémoratifs un peu partout au pays pour se souvenir et rendre hommage à ceux qui sont morts au service du pays et pour la liberté.

Les cérémonies du jour du Souvenir de cette année contrastaient fortement avec celles de l’année dernière, en pleine deuxième vague de la pandémie, alors que les organisateurs avaient découragé les citoyens d’y assister en personne.

Depuis la fondation du pays, plus de 2,3 millions de Canadiens ont revêtu l’uniforme militaire et plus de 120 000 ont fait le sacrifice ultime de leur vie. La gouverneure générale, Mary May Simon, a noté jeudi matin que beaucoup de ceux qui sont revenus au pays n’étaient plus les mêmes.

Mme Simon, qui portait l’uniforme de l’Aviation royale canadienne lors de son tout premier jour du Souvenir en tant que commandante en chef des armées du pays, a aussi tenu à souligner la longue histoire et le sacrifice des militaires autochtones.

 

Elle a aussi rappelé qu’on soulignait cette année le 70e anniversaire de la bataille de Kapyong, pendant la guerre de Corée, et le 15e anniversaire de la mort de la première Canadienne au combat, la capitaine Nichola Goddard.

La gouverneure générale a indiqué dans un communiqué qu’il était « important de connaître les récits des soldats, passés et présents ».

« Bien que certaines histoires puissent être difficiles à entendre, il est de notre devoir de les témoigner. Nous espérons que le souvenir des sacrifices du passé nous permettra d’envisager un avenir sous le signe de la paix. Cela dépend de nous. C’est entre nos mains. Il nous incombe de perpétuer le devoir de mémoire. »

Legault salue les familles et les endeuillés

En ce jour du Souvenir, le premier ministre du Québec, François Legault, a, de son côté, rendu hommage à ceux et celles qui vivent le deuil ou l’absence.

Il a pris part à la cérémonie organisée pour commémorer les militaires disparus à la Croix du Sacrifice, tout près de l’Assemblée nationale, sur les Plaines d’Abraham.

Peu après la cérémonie, il a salué la mémoire des soldats québécois qui ont souffert dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, ainsi que ceux qui ont pris part au débarquement de Normandie, durant la Seconde Guerre mondiale.

M. Legault a raconté avoir rencontré la veuve d’un soldat. Selon lui, on oublie les absences que doivent vivre ces familles qui doivent soutenir les militaires en mission à l’étranger.

 

Le coquelicot a 100 ans

Le jour du Souvenir de cette année marque également le centenaire du coquelicot, symbole du souvenir dans ce pays, inspiré par le poème de John McCrae In Flanders Fields.

« Nous sommes morts / Nous qui songions la veille encor’ / À nos parents, à nos amis, / C’est nous qui reposons ici / Au champ d’honneur. »

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré jeudi que 100 ans plus tard, le coquelicot demeure un symbole indubitable des jours sombres.

Au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa, on a fait à nouveau lecture de l’« Acte du Souvenir » en anglais, en français et dans une langue autochtone — cette année la langue métchif, parlée par des Métis. L’« Acte du Souvenir » est un extrait du poème For the Fallen, de Laurence Binyon : « Quand viendra l’heure du crépuscule / Et celle de l’aurore / Nous nous souviendrons d’eux ».

M. Trudeau et Mme Simon sont arrivés de longues minutes plus tard que prévu, à cause de la découverte d’un colis suspect près du cénotaphe. La cérémonie était déjà en cours lorsque la Gendarmerie royale du Canada a dégagé le colis en toute sécurité, permettant aux dignitaires d’arriver.

Des défilés annulés

Malgré ce bref retard, on retrouvait un semblant de « normalité » dans la capitale nationale, alors que la foule se rassemblait autour du Monument commémoratif de guerre et que les anciens combattants prenaient place.

Certaines restrictions sont néanmoins restées en place, car la COVID-19 menace toujours. La Légion royale canadienne a d’ailleurs annulé encore le défilé traditionnel des anciens combattants à Ottawa, qui a vu dans le passé des vétérans très âgés de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée défiler aux côtés de militaires plus jeunes, de missions et de conflits plus récents.

 

Certaines sections de la Légion à travers le pays ont également évité les événements en personne pour une deuxième année consécutive, en raison de la pandémie, ce qui a conduit beaucoup plus de Canadiens à regarder leur cérémonie locale à la télévision ou en ligne.

Le chef conservateur, Erin O’Toole, lui-même un vétéran de l’armée de l’air, a indiqué que « nos anciens combattants et ceux qui servent aujourd’hui représentent ce qu’il y a de mieux dans le fait d’être un Canadien ».

« Leur altruisme et leur courage sont une source d’inspiration pour nous tous. Aujourd’hui, nous avons l’occasion de les remercier de servir le Canada, au pays comme à l’étranger, pour que nous puissions vivre en liberté. »

Les vétérans blessés dans leur âme

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a rendu hommage aux « militaires québécois et québécoises [qui] ont démontré un sens du devoir et de l’engagement peu commun » […] au cours « des grands conflits mondiaux, tout comme dans les nombreuses missions de paix ».

Son collègue Luc Désilets, porte-parole du Bloc auprès des Anciens Combattants, a souligné de son côté que plusieurs vétérans ont aussi « succombé, en marge de la société, aux affres de blessures physiques et psychologiques profondes et largement ignorées ».

Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, a lui aussi attiré l’attention sur la souffrance de certains vétérans, et le fait de « nous assurer que les anciennes et anciens combattants et leurs familles sont bien soutenus ».

« Depuis trop longtemps, le gouvernement ne répond pas à leurs besoins, ce qui explique l’augmentation du taux d’itinérance et des problèmes de santé mentale chez celles et ceux qui ont servi notre pays », a-t-il soutenu.

En prévision du jour du Souvenir, cette année, des questions ont été soulevées quant à la possibilité de mettre le drapeau canadien en berne le 11 novembre alors qu’il l’était déjà depuis la mi-mai en hommage aux enfants qui sont morts dans des pensionnats fédéraux pour Autochtones.

Le gouvernement a finalement donné la consigne dimanche de hisser le drapeau canadien sur les édifices publics, afin de pouvoir le mettre en berne à nouveau jeudi. L’unifolié avait aussi été remis en berne lundi, Journée nationale des anciens combattants autochtones.

À voir en vidéo

Les plus récents

Lula : favori des résultats des sondages, peut-il brouter la présidentielle au 1er tour ?

LULA. A trois jours du scrutin, Lula reste le grand favori moyennant la présimoyennantntielle au Brésil. Le candidat moyennant gauche et ancien chef d'Etat continue moyennant défendre son projet mais acidetout d'attaquer son rival Jair Bolsonaro acide sa politique et son bilan comme dès du débat du 29 septembre.

Ses «erreurs de jeunesse» n’arrêteront pas l’innovation du Web3

LES CLÉS DE LA CRYPTO levant une rubrique qui décode patiemment l’univers de la cryptomonnaie et ses secousses ...

Non, les sanctions contre la Russie ne sont pas justifiées du point de étendue libéral

Les sanctions contre la Russie peuvent-elles transcrire à la définition du libéralisme ?

Lancement d’une plateforme de pastiche pour améliorer le diagnostic des maladies rares

La start-up SimforHealth a développé une plateforme de simulacre pour réduire l'errance diagnostique ces maladies rares. Elle a reçu le soutien d'Ipsen, Novartis, Pfizer et Takeda. Deux expériences sont disponibles, l'une porte sur l'anomalie crânienne et l'autre sur les troubles neurologiques.  plus le soutien ces […] Lire l'article

La bonne dynamique du secteur de la Food Tech en France

Le secteur de la Food Tech a levé 875 millions d'euros en 2021, O.K. 40% de plus qu'en 2020. Le DigitalFoodLab fait un connexion sur l'écosystème français et constate qu'une douzaine d'acquisitions ont eu lieu sur l'année 2021 et le début d'année 2022. apologie que ce secteur est dynamique. Le DigitalFoodLab a publié […] Lire l'article