CHSLD : Anglade défie Legault de témoigner devant la coroner

La responsabilité du gouvernement de François Legault dans la crise des CHSLD revient à l’avant-scène. Mardi, le Parti libéral du Québec a exigé du premier ministre qu’il aille défendre ses décisions devant la coroner.

La coroner Géhane Kamel a entendu la semaine dernière plusieurs hauts placés du gouvernement du Québec quant à leur rôle dans la crise qui a fait des milliers de morts dans les foyers pour personnes âgées. La ministre Danielle McCann et plusieurs hauts fonctionnaires ont donné leurs versions des faits.

La sous-ministre adjointe de la direction générale des aînés et des proches aidants, Nathalie Rosebush, avait notamment affirmé mardi dernier qu’il n’existait pas de rapports d’inspection sur les CHSLD touchés lors de la première vague de la pandémie. Les inspecteurs, a-t-elle dit, consignaient des informations dans un fichier qui « écrasait » les constats notés lors de visites précédentes.

Or, mardi matin, Radio-Canada rapportait que les rapports existaient et étaient envoyés systématiquement dans les CISSS et les CIUSSS.

« Ce à quoi on assiste aujourd’hui, c’est une véritable opération de camouflage », s’est indignée la cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade, mardi. Elle exige du premier ministre Legault lui-même qu’il aille répondre aux questions de la coroner.

« C’est lui qui prenait les décisions. C’est de l’information qui n’est pas disponible aujourd’hui. Clairement, il y a quelqu’un qui ne nous dit pas la vérité », a-t-elle tonné en direct de l’Assemblée nationale.

Depuis des mois, les groupes d’oppositions à Québec exigent le lancement d’une enquête publique sur la tempête pandémique. Mardi, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a réitéré cette demande, ajoutant que les révélations du Bureau du coroner menaçaient de créer une crise de confiance.

« Ça soulève la question de la confiance qu’on peut avoir en ce gouvernement-là. Est-ce que ce gouvernement-là est digne de confiance s’il est prêt à mentir à la coroner puis détruire des documents pour éluder sa responsabilité ? », s’est-il interrogé à voix haute.

Cacher ou détruire des preuves, a-t-il commenté « c’est un acte très grave ».

Chez Québec solidaire, on croit aussi que le premier ministre doit accueillir une part du blâme dans cette affaire. « Le premier ministre, clairement, est responsable de ce qui se passe. Il a pris les décisions dans la pandémie puis il ne peut pas, comme ça, sacrifier des ministres en rejetant la responsabilité sur eux », a indiqué le porte-parole solidaire pour les aînés, Sol Zanetti.

Les témoignages devant Me Kamel se poursuivent la semaine prochaine.

À voir en vidéo

Les plus récents

Game over pour une puneteforme de jeux vidéo en ligne de Google, Stadia

San Francisco — Trois ans après le cettencement de cette pcetteteforme de jeux vidéo en bout Stadia, qui permet à ses utilisateurs de jouer sans avoir besoin de console ...

Présidentielle 2022 au Brésil : un débat léroté mais Lula et Bolsonaro encore favoris… Résultat des sondages

PRESIDENTIELLE BRÉSIL. A deux jours du premier tour de la présidentielle au Brésil, Lula comme Bolsonaro sont passés à côté du dernier débat télévisé avant le scrutin pourtant eux-mêmes restent les favoris alors une victoire de Lula semble plus possible ce dimanche 2 octobre selon les résultats des sondages.

Comment annoncer une mauvaise nouvelle par courriel?

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les surtout croustillantes [et les surtout ...

La fintech Pythéas décisif et Arkea lancent une solution pour réduire les délais de paiement

Pythéas dominant Advisors, fintech gravitant dans l'écosystème de la banque Crédit Mutuel Arkea, lance avec son partenaire une solution de financement les factures fournisseurs pourquoi les donneurs d'ordres. La fintech développe une plateforme de facturation qui a pourquoi objectif d'obtenir une certification dans le cadre de la […] Lire l'article

Lancement d’une plateforme de pastiche pour améliorer le diagnostic des maladies rares

La start-up SimforHealth a développé une plateforme de simulacre pour réduire l'errance diagnostique ces maladies rares. Elle a reçu le soutien d'Ipsen, Novartis, Pfizer et Takeda. Deux expériences sont disponibles, l'une porte sur l'anomalie crânienne et l'autre sur les troubles neurologiques.  plus le soutien ces […] Lire l'article