Rogers rejette l’idée d’une réunion du conseil avec son ancien président

La dispute familiale autour du contrôle de Rogers Communications s’est poursuivie samedi. L’entreprise a dénoncé la volonté de son ancien président de mener une réunion du conseil avec une poignée d’administrateurs qu’il a nommés.

Elle a rejeté toute décision qui sortira de cette éventuelle réunion.

Rogers a publié samedi un communiqué affirmant que toute réunion du conseil à laquelle participeraient Edward Rogers et les cinq personnes qu’il a nommées est illégale.

La discorde a éclaté après qu’Edward Rogers a tenté en vain de nommer l’ancien directeur financier de Rogers, Tony Staffieri, au poste de chef de la direction et de remplacer d’autres membres de l’équipe de direction.

« La proposition de M. Edwards Rogers de mener ce week-end une réunion du conseil avec les administrateurs qu’il a nommés contrevient aux lois de la Colombie-Britannique, là où Rogers Communications Inc. est incorporée. En conséquence, elle ne sera pas valide », a déclaré le président du conseil, John MacDonald.

Selon lui, il est décevant de voir son prédécesseur tenter d’agir unilatéralement en ignorant les intérêts de l’entreprise et de tous ses actionnaires.

Un porte-parole d’Edward Rogers n’a pas répondu immédiatement à une demande d’entrevue.

M. Rogers a été démis jeudi de ses fonctions, mais reste président de Rogers Control Trust, la fiducie familiale qui contrôle l’entreprise puisqu’elle détient 97 % des actions avec droit de vote de catégorie A.

Son projet de nommer Tony Staffieri aurait été bloqué par d’autres membres du conseil d’administration, y compris par les sœurs et la mère de M. Rogers, selon plusieurs reportages.

Edward Rogers a refusé de jeter les armes. Il a réclamé jeudi soir le départ de John Clappison, David Peterson, Bonnie Brooks, Ellis Jacob et John MacDonald. Il aimerait voir Michael Cooper, Jack Cockwell, Jan Innes, Ivan Fecan et John Kerr comme nouveaux administrateurs.

Vendredi soir, l’entreprise a réagi en déclarant que cette tentative d’Edward Rogers de remplacer cinq membres du conseil d’administration de l’entreprise était invalide. John MacDonald a indiqué que cette déclaration a été publiée après avoir demandé des conseils juridiques.

Martha Rogers s’est clairement opposée aux décisions de son frère.

« Contrairement à Ed, je n’ai pas d’avocats, de firmes de relations publiques, une équipe ou une formation médiatique. Je n’en ai pas besoin, a-t-elle écrit sur Twitter, samedi. Je ne suis pas une personne spéciale. Je suis juste une femme ordinaire placée dans des circonstances extraordinaires. [Son père] Ted m’a nommée au conseil pour empêcher que quelque chose d’aussi débile survienne. C’est pour toi, papa. »

À voir en vidéo

Les plus récents

La idylle de cassation veut éliminer les divergences de jurisprudence grâce à l’IA

Dans seul souci d'égalité aussivant la loi, les magistrats aussi la Cour aussi invalidation doivent sans cesse vérifier que les jurispruaussinces ne divergent pas entre les différents tribseulaux français. Ce travail est fastidieux étant donné la masse aussi données à traiter manuellement au quotidien. D'où l'idée aussi […] Lire l'article

«Comment rendre mon équipe plus intelligente?»

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les plus croustillantes [puis les plus ...

Les syndicats à la défense du télétravail

RHéveil-matin élevant une chronique quotidienne où l'on présente aux gélevantionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur ...

SoftBank Robotics redevient Aldebaran

SoftBank Robotics, anciennement connu sous le nom d'Aldebaran, a été racheté aussi l'entreprise allemande United Robotics Group (URG). Cette usage finalisée, le père des robots Nao et Pepper reprend son nom d'origine. Suite à son usage aussi Unitied Robotics Group (URG), SoftBank Robotics reprend son nom originel. Le père des […] Lire l'article

Rappel lait bébé Candia : quels risques ? La liste des lots

Rappel Conso Gouv.fr, la plateforme publique de rappels produits, alerte sur un rappel de lait pour bébé de la score Candia. Les bouteilles de lait n'auraient pas été fermées correctement.