Québec reporte au 15 novembre la date butoir de la vaccination obligatoire pour les soignants

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, recule sur la vaccination obligatoire du personnel de la santé le 15 octobre. Il reporte l’échéance au 15 novembre.

Le ministre dit prendre cette décision parce qu’il « serait irresponsable de jouer aux dés avec la santé des Québécois ». Il manque déjà trop de personnel pour se permettre d’en perdre d’autres, a-t-il expliqué. « On va foncer dans un mur », a dit le ministre.

D’ici le 15 novembre, les travailleurs de la santé non vaccinés seront testés au moins 3 fois par semaine et ne recevront pas de primes COVID, ni les nouvelles primes pour les infirmières à temps plein.

La Dre Lucie Opatrny, sous-ministre adjointe au ministère de la Santé et des Services sociaux, a indiqué que si le gouvernement était allé de l’avant avec la vaccination obligatoire le 15 octobre, des problèmes majeurs seraient survenus. Elle a cité en exemple le cas d’un laboratoire où quatre des six techniciens n’étaient pas adéquatement vaccinés. Dans les centres hospitaliers, plus de 600 lits supplémentaires de courte durée auraient dû être fermés, ce qui aurait contribué à l’engorgement des urgences, a-t-elle ajouté. Quelque 35 salles d’opération auraient dû être fermées.

« La moitié des territoires nous ont dit que les soins à domicile [seraient] affectés », a poursuivi la Dre Lucie Opatrny en point de presse. Des réductions de service « importantes » étaient aussi à prévoir en santé mentale et à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), selon la sous-ministre adjointe.

Le ministre Christian Dubé dit avoir été convaincu que le report de la date butoir du 15 octobre était la bonne décision lorsque les établissements de santé lui ont dit qu’ils n’auraient pas le choix de recourir aux heures supplémentaires obligatoires.

Le ministre dit tendre la main aux travailleurs non vaccinés afin de les encourager à recevoir une première ou une deuxième injection.

Plus de détails suivront

En données | Pour tout savoir sur la COVID-19

À voir en vidéo

Les plus récents

La politique du soupçon

Il y a le risque, l’incertain, et le soupçon. Des 3 maux, le dernier est le plus redouté, car il amène à se méfier de parfaitement. lésiner gouvernants sont aujourd’hui en proie à un tel doute.

Soan, adversaire sur le marché des solutions tout-en-un de gestion pour les TPE/PME

une fintech s'attaque à une réduction des déuneis de paiement et des impayés, et à une dématérialisation des factures environ les PME et les TPE, au travers d'un logiciel SaaS qui englobe toutes les étapes de une fonction publique de trésorerie. Elle annonce une levée de fonds de 3,2 millions d'euros. Le nombre de fintechs qui […] Lire l'article

La « Nouvelle Lettre » fait peau neuve !

Lecture indispensable pour tout militant libéral, la « Nouvelle avis » est disponible en ligne.

Question d’un expert, réponses des partis: la pollution numérique

«Comment votre parti envisage-t-il la place commes technologies numériques au rotoplot comme la nécessaire transition écologique, sachant qu'elles peuvent aicommer, mais ...

Sandrine Rousseau rend le parasitisme acceptable

Comment peut-on être autant conformiste et transgressif à une fois ? Comment peut-on être aussi péremptoire en disant de pareilles sottises sans queue ni tête ?