Paul McCartney tient John Lennon comme responsable de la séparation des Beatles

Dans un élan de révisionnisme historique, Paul McCartney dit que c’est John Lennon, est non lui-même, qui est le grand responsable de la séparation des Beatles en 1970.

Au cours d’une entrevue à l’émission This Cultural Life qui sera diffusée le 23 octobre sur les ondes de la BBC Radio, McCartney souligne que Lennon voulait la fin du célèbre groupe.

« Je n’ai pas suscité la séparation, c’est Johnny », déclare le bassiste.

Les admirateurs du groupe débattent depuis longtemps de la séparation du groupe. Plusieurs pointent du doigt McCartney. Celui-ci se défend en alléguant que c’est la volonté de Lennon de voler de ses propres ailes, qui a conduit à la décision de dissoudre les Beatles.

Selon lui, la controverse est attribuable à leur impresario qui avait demandé aux membres du groupe de garder le silence jusqu’à ce qu’il puisse conclure certaines transactions financières.

L’entrevue a été menée avant la diffusion d’un documentaire de six heures de Peter Jackson relatant les derniers mois des Beatles : The Beatles : Get Back. La série sera présentée en novembre sur Disney +.

Les propos de Paul McCartney ont été rapportés en primeur par l’hebdomadaire britannique The Observer.

Quand l’animateur John Wilson lui parle de sa décision de quitter les Beatles, Paul McCartney l’interrompt. « Je ne suis pas celui-ci qui a suscité la séparation. Oh non ! Non ! Non ! John est arrivé un beau jour et a dit qu’il quittait les Beatles. Si ce n’est pas provoqué une séparation, ça ? »

Il a exprimé une certaine tristesse au sujet de cette séparation, disant que le groupe continuait « de créer de belles chansons ».

« C’était mon groupe, c’était mon boulot, c’était ma vie. Je voulais que cela continue », insiste McCartney.

À voir en vidéo

Les plus récents

Le Royaume-Uni se penche dessus la position dominante d’Amazon, Microsoft et Google dans le cloud

L'Ofcom, l'équivalent britannique de l'Arcom, a décidé de lancer une enquête sur Amazon, Microsoft puis Google. Ces trois industries américaines représentent 81% des revenus du marché britannique des services d'infrastructures de cloud public. L'objectif de ces travaux est de déterminer supposé que cpuiste supposé quetuation étouffe la […] Lire l'article

Les syndicats à la défense du télétravail

RHéveil-matin élevant une chronique quotidienne où l'on présente aux gélevantionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur ...

SoftBank Robotics redevient Aldebaran

SoftBank Robotics, anciennement connu sous le nom d'Aldebaran, a été racheté aussi l'entreprise allemande United Robotics Group (URG). Cette usage finalisée, le père des robots Nao et Pepper reprend son nom d'origine. Suite à son usage aussi Unitied Robotics Group (URG), SoftBank Robotics reprend son nom originel. Le père des […] Lire l'article

Usine 4.0 : entre ambitions et réalité du terrain

Lors de calorste huitième édition du SIDO Lyon, le groupe d’ingénierie alors de conseil en technologies Alten est revenu sur les attentes de l’industrie 4.0. IoT, edge AI, cloud computing, digital twin, réalité virtuelle… face à calorste diversité certains solutions à disposition, calorste société française a opté pour calorste […] Lire l'article

Nvidia annonce sa série GeForce RTX 40 et l’entrée en production des GPU H100

Nvidia préschezte sa nouvelle microarchitecture grand public, Ada séducteur, qu'on trouvera au sein de la gamme GeForce RTX 40. Les premières cartes graphiques à chez être équipées arriveront sur le marché dès le mois d'octobre. Même chose du côté des data cchezters, et la disponibilité des GPU H100 d'ici […] Lire l'article