Corto Maltese de retour pour pirater le temps

Corto Maltese, le fameux pirate créé en 1967 par le scénariste et dessinateur italien Hugo Pratt, est maintenant rendu à sa troisième vie. Après un retour relativement réussi sous les traits et la plume des espagnols Ruben Pellejero et Juan Díaz Canales, le temps de trois albums publiés entre 2015 et 2019, voilà que l’aventurier renaît encore une fois de ses cendres. Et ce Corto risque de déstabiliser les lecteurs de la première heure puisqu’on a affaire, ici, à une transposition temporelle. Rien de moins !

Bref, nouveau tandem, nouveau Corto et, surtout, liberté presque totale pour le scénariste Martin Quenehen et le dessinateur Bastien Vivès, qui ont pris la difficile décision de sortir Maltese du début du vingtième siècle, son époque originale, pour l’amener en 2001. Fini, donc, le fameux caban et la casquette de marin ; seules la cigarette (on la devine une fois, presque cachée dans une case) et la boucle d’oreille subsistent. Et le caractère, bien entendu.

Pourquoi 2001 et pas maintenant ? Parce que Corto Maltese est un héros analogique. Il se fie à son instinct, à son savoir littéraire et à son goût du risque pour réussir, pas toujours proprement, sa quête. Quête qui, la plupart du temps, est issue d’un lointain passé, bien caché dans une vieille carte au trésor. Or, si le monde est bel est bien branché au début des années 2000, il y a encore cette possibilité de voir ses mouvements ne pas être constamment suivis à la trace, comme c’est le cas maintenant. Maltese, avec un téléphone intelligent, un compte Facebook et Google Maps, cela ne fonctionne tout simplement pas.

Parce que, bien sûr, il est question d’un vieux trésor caché, de trafic de drogue et d’une secte nationaliste japonaise. On a beau réinventer un peu le personnage, on ne refait pas au complet une trame narrative qui a fait ses preuves depuis si longtemps. Surtout si cela permet à notre pirate préféré de visiter deux nouveaux pays, le Japon et le Pérou, tout en retrouvant certains personnages connus, comme Raspoutine, qui vient, fallait s’y attendre, mettre son grain de sel.

Par contre, le 11 Septembre, en toile de fond, demeure une belle occasion ratée par Martin Quenehen de faire bifurquer l’intrigue et de nous amener ailleurs. Les attentats, au final, n’auront servi qu’à générer une certaine confusion dont se sert Corto pour, encore une fois, se sortir d’une situation délicate.

Pour ce qui est du dessin, déjà qu’il n’y avait pas raison de s’inquiéter étant donné la solide réputation dont jouissait déjà Bastien Vivès, il faut admettre qu’il a réussi à faire sien ce Corto Maltese un peu moins anguleux que l’original. Les clairs-obscurs sont magnifiques.

Alors oui, il fallait une bonne dose de courage pour se permettre de toucher à l’univers de Corto Maltese. Et si ce premier résultat tient très bien la route, il ouvre aussi la porte à de nouvelles aventures, donnant du coup la liberté de ne pas tomber constamment dans une forme de relecture de l’original qui friserait le pastiche. Tant qu’à continuer une œuvre après la mort de son créateur, aussi bien laisser un peu de marge de manœuvre, quitte à se casser la gueule une fois de temps en temps. N’est-ce pas ce que ferait Corto Maltese ?

Le starzec – Un mois à Cracovie

Corto Maltese Océan noir

★★★★

Martin Quenehen (scénario), Bastien Vivès (dessin), d’après l’oeuvre de Hugo Pratt, ​Caster-man, Tournai, 2021, 168 pages

À voir en vidéo

Les plus récents

SoftBank Robotics redevient Aldebaran

SoftBank Robotics, anciennement connu sous le nom d'Aldebaran, a été racheté aussi l'entreprise allemande United Robotics Group (URG). Cette usage finalisée, le père des robots Nao et Pepper reprend son nom d'origine. Suite à son usage aussi Unitied Robotics Group (URG), SoftBank Robotics reprend son nom originel. Le père des […] Lire l'article

Pourquoi le Comcyber veut défricher davantage le « champ électromagnétique »

Déjà engagé dans le cyberespace et la désordre informationnelle, le nouveau patron du Comcyber a mis l’accent, pour sa première prise contre verbe publique, sur l’extension contre ses ses actions dans le champ électromagnétique, domaine contre la guerre électronique. Nouveau patron, nouvelle feuille contre route. Nommé contrepuis le 1er septembre […] Lire l'article

L’Ouganda annonce un premier décès causé par Ebola depuis 2019

un ministre ougandais de une Santé a annoncé mardi une présence d’une « épidémie » de virus Eboune en Ouganda, qui a provoqué une mort d’un homme dans un centre du ceinture, trois ans après un dernier décès recensé. « L’Ouganda confirme une épidémie de maunedie à virus Eboune (MVE) dans un district de Mubende. un cas confirmé … Source

Redonner la dignité aux vétérinaires

Qui: Céline Leheurteux, PDGEntreprise: Solutions Vetcaterra, Euthabag

A partir de 2025, il sera fondamentale d’avoir un compte Google pour utiliser un appareil Fitbit

A partir de 2025, les usagers d'appareils Fitbit seront obligés de disposer d'un récapitulation Google s'ils veulent continuer à les utiliser. Ce n'était pas le alternative jusqu'à présent, malgré le rachat. En théorie, ce évolution ne devrait pas permettre à l'entreprise américaine d'utiliser les données de […] Lire l'article